Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
amndvden.overblog.com

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

20 Avril 2020 , Rédigé par amndvden

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉAMBULE :

 

Ce nouveau reportage est consacré au service militaire qui a compté des millions de français qui ont participé à la défense du pays en temps de guerres où de paix et aussi comme pour les Vétérans des Essais Nucléaires de permettre à la France de disposer d’une arme non seulement de dissuasion mais aussi de destruction massive qu’est la Bombe Atomique afin de dissuader tout belligérant d’enclencher l’irréparable.

 

Ainsi, les Vétérans des Essais Nucléaires font parti de cette cohorte d’hommes et de femmes qui ont avec fierté et loyauté permis que la France vive en paix sur son sol depuis la fin de la seconde guerre mondiale et qui rentrent dorénavant dans l’histoire de France.

 

C’est d’autant plus vrai que la Défense Nationale a en bout de chaine la Dissuasion Nucléaire et que ceci est le résultat non seulement d’une volonté politique mais aussi de l’engagement du Commissariat à l’Energie Atomique, des forces Armées composées d’Officiers, Sous-Officiers et Appelés du Contingent qui ont démontré leur courage et le sens du devoir.

 

Le Conseil d’Administration

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

ORIGINE DE LA CONSCRIPTION

 

La conscription trouve son origine dans l' Antiquité, on la retrouve dans de nombreuses cités helléniques qui en faisaient un usage fréquent mais, dépourvue de caractère de masse, elle était limitée à la classe des citoyens ne formant qu'un dixième de la population. Il existait surtout en Grèce, en dehors du cadre idéalisé des cités, des mercenaires professionnels se vendant au plus offrant par exemple à Hannibal ou à Cyrus.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

À Rome à l'origine seuls les patriciens avaient le droit de participer à l'armée et une des revendications des plébéiens fut de pouvoir également en faire partie ; par la suite tout citoyen romain put participer à l'effort militaire. Les prolétaires, infra classem, ne pouvaient pas servir dans l'armée et Marius fut le premier à avoir admis des prolétaires dans les légions.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

L'armée ne devint permanente que sous Auguste et même si le civis Romanus avait l'obligation théorique d'en faire partie elle était désormais constituée de volontaires surtout provinciaux. La conscription, inspirée de ces exemples tirés de Tite-Live et de Thucydide mais de manière déformée, ont inspiré les idéologues révolutionnaires dans la création de la conscription.

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
DE LA MILICE MÉDIÉVALE À LA CONSCRIPTION

 

MOYEN-ÂGE


L'armée royale est en fait assez récente. C'est au XVème siècle que la monarchie se dote d'un corps de soldats volontaires. En 1441, Charles VII crée les " compagnies d'ordonnance ", ce qui correspond aux volontaires, et ne sont que quelques milliers au maximum

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

DE CHARLES VII À FRANÇOIS 1ER

Charles VII rentrant à Rouen

Charles VII rentrant à Rouen

Louis VIII Le Lion

Louis VIII Le Lion

Le Roi Louis IX dit Saint-Louis

Le Roi Louis IX dit Saint-Louis

Le Roi François 1er

Le Roi François 1er

ils seront 50 000 sous François 1er, 150 000 sous Louis VIII. Louis IX va rassembler près de 380 000 soldats et on peut estimer 120 000 soldats de plus si l'on y ajoute la Milice royale, les milices locales, les milices garde-côtes et les 70 000 hommes de la marine ce qui fait de l'armée française la plus nombreuse d'Europe.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PÉRIODE ANCIEN RÉGIME

 

L'Ancien Régime est une période historique qui débute au XVIe siècle et prend fin en 1789 quand la République française est créée. 

Louis XIV

Louis XIV

Sous l'Ancien Régime, le service militaire est réservé à des professionnels. Néanmoins, à partir de 1688, le roi oblige ses sujets à fournir des milices provinciales  pour compléter ses troupes ; les miliciens provinciaux (dont le nom a varié) ont souvent été désignés par tirage au sort .

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Il existait jusqu'à l'aube de la Révolution une forme de service militaire : la milice, composée de célibataires recrutés par tirage au sort. D'origine médiévale, cette force d'appoint au service des seigneurs et des souverains avait été renforcée par une disposition de LOUVOIS, secrétaire d'État de la Guerre de Louis XIV, en 1688.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
LOUVOIS, la discipline pour mot d'ordre.

Louvois a réorganisé l'armée, en faisant un outil de gouvernance redoutable. Sévère, il interdit les pillages militaires et imposa la terreur envers les Protestants.

Fils de Michel Le Tellier, le futur marquis de Louvois, né le 18 janvier 1641, connaît une carrière exceptionnellement brillante. Dès 1661, il est associé à son père au Conseil des dépêches et, l'année suivante, au secrétariat à la Guerre. Il est ensuite surintendant des Postes en 1668, ministre d'État en 1672, avant de succéder à Colbert comme surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures. Il dirige ainsi les travaux de Versailles et des Gobelins. L'homme se révèle brutal et intransigeant à l'égard des Provinces-Unies et il est à l'origine du ravage du Palatinat et des dragonnades destinées à amener la conversion des protestants.

Mais le rôle essentiel de Louvois se place sur le plan militaire : il entreprend de former une grande armée régulière et disciplinée. La hiérarchie des grades est réorganisée. L'armement est standardisé, qu'il s'agisse des mousquets ou des canons. Louvois impose également l'uniforme, veille au paiement régulier des soldes. Il entreprend de mettre fin au logement des gens de guerre chez l'habitant et les premières casernes apparaîtront après sa mort, en 1692. Pour améliorer le recrutement, toujours associé au racolage, Louvois tente une esquisse de service militaire avec le système, inauguré en 1688, des milices provinciales. Il est encore à l'origine des premiers services de l'arrière, avec la création de magasins généraux pour les vivres et les munitions, d'hôpitaux fixes et ambulants. Il contribue à la fondation de l'hôtel des Invalides, réservé aux vieux soldats estropiés. À sa mort, survenue à Versailles le 16 juillet 1691, Louvois laisse une armée puissante de près de 450 000 hommes. En disparaissant, il laisse le souvenir d'un excellent administrateur mais d'un homme dur et impérieux.

 

Source LE POINT

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Un homme sur dix porte les armes à la fin du règne de Louis XIV, mais ces chiffres ne seront retrouvés qu'en 1793 lors de la levée en masse. Ces 500000 soldats ne sont pas tous des volontaires, mais comme Louis 14 devait créer une Milice royale, il y eût un tirage au sort ou étaient inscrits tous les hommes entre seize et quarante-cinq ans et, une fois par an, on en tira au sort un certain nombre qui devait servir la milice pendant cinq ans. C'est là que débute la gestation du service militaire.

Les miliciens étaient littéralement arrachés à leurs foyers, à leur culture. Les miliciens devaient remplacer les troupes régulières dans les villes frontières. Les volontaires, quant à eux sont recrutés par la Maison du roi comprenant :

Les gardes du corps, les mousquetaires, les gendarmes, Louis XIV, invite toutefois les roturiers à se joindre aux compagnies de gardes du corps.

Le recrutement des soldats ordinaires est d'abord le fait des capitaines, souvent des fils de seigneurs locaux qui, regagnent leur foyer à la faveur d'une permission qui s'adressent en priorité aux gens de la région qui parlent le même patois. Beaucoup de paysans deviennent volontaires.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Au XVIIIème Siècle, le tiers des soldats sont nés citadins, alors que la population des villes ne représente que 15 à 20 pour cent du royaume. ceux qui ont quitté le monde rural et qui n'ont pas trouvé de travail sont recrutés en milieu urbain. Parmi ces hommes, guère plus de 15 pour cent d'hommes mariés, ce qui donne à l'armée française une réputation fâcheuse de galanterie, par rapport aux armées anglaise et prussienne. On trouve aussi des fils de famille qui supportent mal leur foyer ou qui cherchent à faire oublier une grosse faute, puis il y a ceux qui s'engagent à la suite de la mort d'un parent.

La plupart de ces derniers savent mieux lire et écrire le français que les autres et pourront ainsi prétendre à un grade de caporal, sergent et de sergent-fourrier. Le contrat renouvelable est de six ans mais, les volontaires quittent souvent l'armée plus tôt en achetant un remplaçant. Cependant, ceux qui ont contracté des dettes et ne peuvent quitter l'armée avant

Roi Louis XV

Roi Louis XV

Sous Louis XV, 20% des soldats étaient étrangers.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Cette milice était assez peu contraignante mais très impopulaire à cause des abus qu'en faisaient les agents du roi et de son caractère inégalitaire : seuls étaient astreints à servir les paysans et manouvriers pauvres. Elle est réprouvée dans son principe par les cahiers de doléances de 1789 et abolie.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Au XVIIème siècle, on devenait maréchal de France " sur le tas " car à l'adolescence, les jeunes nobles partaient avec le régiment de leur père ou d'un oncle et " portaient le mousquet ", la plupart des maréchaux ont commencé ainsi à servir comme " cadets ", il n'était pas encore question de service militaire. C'est en 1749 qu'est enfin crée l'école du génie de Mézière puis en 1750, l'école militaire qui sera supprimée en 1776 et remplacée par douze écoles militaires de province à l'intérieur desquelles a lieu un concours sélectionnant les cent meilleurs élèves officiers promus alors à l'école de guerre de Paris. Le jeune Bonaparte a suivit ce même itinéraire à l'école de Brienne, dans l'aube.

Au XVIIème Siècles, les prisonniers ne sont plus massacrés, ils sont échangés d'un rang à l'autre, homme par homme et à grade égal. S'il y a un surnombre d un côté, l'autre partie doit verser une somme équivalente à un mois de solde par individu En 1643, après la bataille de Rocroi, la population de Rouen fournissait la nourriture aux 6000 prisonniers ennemis, le roi de France indemnisait la population de Rouen et se faisait rembourser par le roi d'Espagne. Par ailleurs, militaire et civils se distinguent peu à peu même si ces mots ont alors une autre signification. La guerre est l'affaire des soldats et la population doit dans la mesure du possible se tenir à l'écart.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

LE SERVICE MILITAIRE DE 1789 À NOS JOURS

En juillet 1783, les armées coalisées sont victorieuses et menacent Paris. Les " Vendéens " et les " Fédéralistes " ont allumé la guerre civile. L'armée française a, au cours de l'hiver précédent, perdu nombre de volontaires nationaux. Une levée de trois cent mille hommes en février 1793 fût décidée mais le remplacement étant autorisé, elle ne pesait que sur les plus pauvres. Lesquels ne pouvant payer aucun remplaçant partaient à contre cœur laissant leur famille dans le besoin. C'est à ce moment que retentit la voix du peuple " Tout ou rien ". La Révolution est alors en péril, le peuple " souverain " doit s'insurger, saisir tous les pouvoirs et se mettre à la tête des armées, ce sont les idées des sans-culottes. Plus d'armes savantes mais des baïonnettes des " saintes piques ".

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

En 1832, afin de parer à la stagnation des engagements, le maréchal SOULT, Ministre de la Guerre, fait voter une loi qui renverse l'ordre précédent : La loi impose un service d'une durée de sept ans. L'armée est constituée d'appelés et de conscrits (les uns incorporés, les autres formant la réserve).

Maréchal SOULT

Maréchal SOULT

Mais le 11 juillet 1792, effrayée par la menace d'invasion étrangère, l'Assemblée législative proclame la « Patrie en danger » et lance un vibrant appel aux volontaires, avec un résultat très relatif. Aux côtés des vétérans de l'ancienne armée royale, les nouveaux engagés remportent la victoire de Valmy. Toutefois, ils ne suffisent pas à apporter la paix...

Comme le pays est désormais menacé par une première coalition européenne et que les bonnes volontés s'épuisent, la Convention nationale recourt le 24 février 1793 à la « levée en masse » de 300 000 hommes, recrutés parmi les célibataires et veufs de 18 à 45 ans par les départements de la manière qui leur convient (tirage au sort, désignation...).

Ce retour à grande échelle de l'ancienne milice débouche sur des désertions en nombre et des soulèvements. Les paysans renâclent et, pire que tout, les Vendéens se soulèvent ! La Révolution n'en est pas moins sauvée une nouvelle fois l'année suivante, en juin 1794, par la Victoire de Fleurus.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
LA CONSCRIPTION ENTRE DANS LES MOEURS

26 octobre 1795 : La Convention cède la place au Directoire

5 septembre 1798: au Conseil des Cinq-Cents , le Général Jean-Baptiste JOURDAN et le Député Pierre DELBREL  font voter la loi qui rend le service militaire obligatoire. 

 

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Général Jean-Baptiste JOURDAN et Député Pierre DELBREL

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

L'article premier de la loi énonce : «Tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie». Tous les hommes français doivent effectuer un service militaire de 5 ans de 20 à 25 ans.

C'est le fondement du service militaire.

c'est-à-dire le service militaire obligatoire. Cette loi était destinée à faire face à la grande démobilisation consécutive à la chute de ROBESPIERRE en 1794. C'est le texte fondateur du service national en France, qui permettra à Napoléon BONAPARTE d'alimenter les armées jusqu'en 1815.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

1er EMPIRE

Le 29 décembre 1804, un décret impérial de Napoléon 1er  met en place le conseil de révision et le tirage au sort. Ce décret lui permettra ainsi d'avoir la main sur les conscrits, et ainsi d'agrandir ses troupes.

Conseil de révision

En date du 8 nivôse an XIII (29 décembre 1804), un décret impérial de Napoléon Ier met en place le conseil de révision et le tirage au sort. En voici quelques extraits :

Article 10 - Un maire ou un adjoint par commune, un officier de recrutement, l'officier de gendarmerie, un officier de santé ou docteur nommé par le préfet pour chaque arrondissement et pris hors de l'arrondissement, seront tenus d'assister à l'examen des conscrits…

Article 11 - (Le conscrit) sera présenté à une toise à deux montants, dont la traverse sera fixée à 1 mètre 544 millimètres... si le conscrit n'atteint pas la traverse, on inscrira vis-à-vis de son nom, dans la colonne des observations, ces mots : Incapable, à cause de sa taille, de soutenir les fatigues de la guerre. Si le conscrit a plus de 1 mètre 544 millimètres, il sera inscrit comme: Bon par la taille.

Article 21 - Le sous-préfet procédera ensuite à la désignation, de la manière suivante: on mettra dans une urne autant de bulletins portant chacun un numéro différent qu'il y aura de conscrits devant concourir à la désignation ; chacun d'eux sera appelé pour tirer un billet. En cas d'absence du conscrit appelé, le billet sera tiré par le maire de la commune…

Article 22 - Le numéro que chaque conscrit aura obtenu sera inscrit à côté de son nom ; on inscrira en même temps ses prénoms, ceux de ses père et mère, son domicile, sa taille et les grands traits de son signalement…

Article 23 - Dès que l'ordre général des numéros aura été arrêté, le sous-préfet proclamera ceux qui doivent faire partie de l'armée active ; ce seront ceux qui auront obtenu les premiers numéros. Il proclamera ensuite le nom de ceux qui doivent faire partie de la réserve, et enfin le nom de ceux qui doivent rester au dépôt (sursitaire) """

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Cette Conscription est cependant tempérée par l'institution du tirage au sort. N'effectuaient auparavant leur service militaire que 30 à 35 % des conscrits célibataires ou veufs sans enfant, chaque canton ne devant fournir qu'un certain quota d'hommes. Si sur 100 conscrits d'un canton, 35 devaient être appelés, le Conseil de révision se voyait obligé de « monter » jusqu'au numéro 70 voire 80 pour trouver le contingent exigé, compte tenu du nombre des dispensés, soutiens de famille, ajournés ou réformés. Certains Conseils de récupération ne retinrent que 25 % des ajournés et réformés. Par contre, les levées anticipées et l'augmentation des contingents à partir de 1808 suscitèrent beaucoup de mécontentement.

Les familles qui en avaient les moyens (à partir de 1804) pouvaient négocier une somme devant notaire pour payer un remplaçant qui effectuait son service à la place de leur fils : c'est le principe du remplacement militaire.

Maréchal Laurent GOUVION SAINT CYR

Maréchal Laurent GOUVION SAINT CYR

Le 10 mars 1818, la Loi du Maréchal Laurent GOUVION SAINT-CYR établit le recrutement par engagement et tirage au sort . Le service dure 6 ans. Les appelés tirés au sort ont le droit de se faire remplacer par une personne tierce. Le remplaçant négocie avec l'appelé et sa famille une compensation financière en échange de son engagement

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

2ème EMPIRE

Le 26 avril 1855, l'exonération établie par la loi Gouvion-Saint-Cyr de 1818 est substituée au remplacement. On ne versera plus une compensation financière à une famille, mais à l'Etat. Ceux qui en ont les moyens peuvent verser une taxe  à la Caisse de dotation de l'armée (entre 1 800 et 3 000 francs selon les années), taxe reversée à des Sous-Officiers  ou des hommes de troupes volontaires ayant déjà une expérience militaire. Conséquences : un vieillissement de l'armée, et un déficit de conscrits . Ce déficit atteint 19 000 hommes en 1859.

BON POUR LE SERVICE

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

ECHAPPER À LA CONSCRIPTION: LES MESURES EXISTANTES À L'ÉPOQUE

 

  • Réfractaires

Les réfractaires  refusaient de se présenter au tirage au sort. Il s'agissait surtout de paysans qui, en période de paix, préféraient rester aux champs pour nourrir leur famille. Généralement, les gendarmes les retrouvaient ou la justice faisait payer à leur famille une amende dissuasive8.

  • Réformés

L'exemption, ou réforme, se basait sur des critères physiques. La taille d'abord : il fallait mesurer plus de 1,54 mètre pour être pris. Suivaient les difformités des membres, fréquentes à cette époque, et encore la faiblesse de constitution et les problèmes de vue, les signes de déficience mentale. L'index droit coupé exemptait le conscrit du service car il était inapte au tir, ce qui incitait à des mutilations volontaires. S'ajoutait l'état de la denture qui devait permettre de déchirer les cartouches de papier.

  • Exemptés

La loi Jourdan exemptait les hommes mariés ou veufs avec enfants. Des lois, particulièrement celle de 1872, contribueront à élargir les motifs de dispense aux familles déjà marquées par les prélèvements militaires ainsi qu'à certaines professions notables, particulièrement les enseignants et les ecclésiastiques. Des sursis d'incorporation pouvaient être accordés aux conscrits en raison des travaux saisonniers. Pourtant, tous les conscrits qui avaient tiré un « mauvais numéro » ne partaient pas ; la loi de fructidor an VII (août 1799) leur permit de se faire remplacer, possibilité renouvelable en cas de levées successives.

En 1813, la Grande Armée est décimée par la retraite de Russie  et la conscription touche désormais de jeunes adolescents de moins de vingt ans. On les appelle les Marie-Louise , car le décret est signé par l'impératrice Marie-Louise d'Autriche -. Dans les faits, seul un quart des garçons est appelé sous les drapeaux, les autres étant soit exemptés, soit placés dans la réserve, avec la possibilité pour les soldats enrôlés

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

REGNE DU ROI LOUIS XVIII
 

Le Roi Louis XVIII Abolit la loi Jourdan, et donc le service militaire

C'est seulement à la chute de l'Empire, avec le retour à la stabilité et à la paix que la loi Jourdan est abolie par le roi Louis XVIII, au grand soulagement de l'opinion.

Roi Louis XVIII

Roi Louis XVIII

2ème RÉPUBLIQUE: NAPOLÉON III

Charles Louis Napoléon BONAPARTE, dit Louis Napoléon BONAPARTE

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

MARÉCHAL DE FRANCE ADOLPHE NIEL, MINISTRE DE GUERRE ET HOMME POLITIQUE PROCHE DE L'EMPEREUR NAPOLÉON III

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

En 1868, la loi Niel, dont la principale innovation consiste à la création de la garde nationale mobile, où chaque citoyen peut servir quinze jours par an et bénéficier d'une formation militaire.

Toutefois, la réforme arrive trop tard car la guerre opposant la France à l'Allemagne tourne à la débâcle, malgré le sursaut du gouvernement de la Défense nationale, qui organise la levée en masse, résultat : défaite, invasion, occupation. 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

3ème RÉPUBLIQUE:

 
Président Adolphe THIERS, après la défaite de SEDAN et la chute de Napoléon III
 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

En 1872, sous la présidence d'Adolphe THIERS, la Troisième République  pose les principes du service militaire dit « moderne », sans dispense ni exemption.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Le 26 juin 1871, Léon GAMBETTA s'exprima en disant « Que pour tout le monde il soit entendu que quand en France un citoyen est né, il est né soldat ». Les fondements du service militaire dit « moderne » vont être posés.

GAMBETTA, Père fondateur de la 3ème République et Président du Conseil qui fera adopter une nouvelle Loi sur le Service Militaire: Loi CISSEY

Général Ernest Courtot de Cissey

Général Ernest Courtot de Cissey

Le 27 juillet 1872, la loi CISSEY  indique que le service national est obligatoire. La durée est de 5 ans ou de 6 mois à 1 an, toujours selon la méthode du tirage au sort. Cette loi refusera aux militaires (souvent républicains), le droit de vote. L'armée devient ce qu'on appelle « la Grande Muette ».

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Marie François Sadi Carnot (1837 - 1894) Homme d'État français et Président de la France de 1887 jusqu'à son assassinat en 1894

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Le 15 Juillet 1889 : la loi Freycinet ramène le service militaire à une durée de trois ans. Service personnel, obligatoire, universel, mais encore inégal.

Charles DE FREYCINET

Charles DE FREYCINET

Le 15 juillet 1889, la loi FREYCINET, sur le recrutement de l'Armée est promulguée. Dite «loi des curés sac au dos », elle supprime les dispenses de service militaire aux Enseignants , aux élèves des Grandes Écoles et aux Séminaristes .

Le service militaire passe de 5 à 3 ans, mais le tirage au sort perdure. Elle porte le sobriquet de « loi des curés sac au dos » car désormais tout le clergé doit servir sous les drapeaux (régulier et séculier).

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: EMILE LOUBET

Émile Loubet, Président de la République de février 1899 à février 1906

Emile LOUBET

Emile LOUBET

La loi du 21 Mars 1905 préparée par le Général André, ministre de la Guerre, impose le service personnel et obligatoire tout et abaisse sa durée à 2 ans.

Maurice ROUVIER

Maurice ROUVIER

21 mars 1905­: L’ancien système de tirage au sort est supprimé. Sous le gouvernement de Maurice Rouvier, loi imposant le service personnel, légal et obligatoire, préparée par le général André, ministre de la guerre. Sa durée est ­ fixée à deux ans. Introduction de la notion de sursis.

 

 

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: RAYMOND POINCARÉ

Président de la République de février 1913 à février 1920

 

En 1913, la durée du service est portée à trois ans.

Raymond POINCARÉ

Raymond POINCARÉ

Loi Louis Barthou

Le 7 août 1913 la loi BARTHOU , dite Loi des Trois Ans , allonge le service militaire à 3 ans. Le recensement des appelés s'effectue à 19 ans au lieu de 20 précédemment, abaissant l'âge d'incorporation de 21 à 20 ans. (La classe 1913 est incorporée en 1913 et non 1914).

 

Ce sont aussi deux Décrets relatifs aux Colonies de l'époque

 

Le 3 février 1912, un décret relatif au recrutement des indigènes algériens met en place un recrutement par tirage au sort d'un contingent fixé en fonction des besoins. La durée du service actif imposé à chaque appelé est de trois ans. Le libéré doit ensuite une période de sept ans comme réserviste (décret n° 3668 du 3 février 1912 publié au Journal Officiel  le 7 février 1912).

 

Le 7 février 1912 un décret instituant le recrutement des tirailleurs Sénégalais , désignés comme indigènes de race noire du groupe de l'Afrique occidentale française, prévoit qu'ils peuvent en toutes circonstances être désignés pour continuer leur service en dehors du territoire de la colonie et précise que pour eux la durée du service actif est de quatre ans.

Le 22 mars 1913 , sous la présidence de Raymond Poincaré  (18 février 1913 – 18 février 1920), il devient Président du Conseil , poste qu’il garde jusqu’au 2 décembre 1913. Conscient de la montée des périls : crise d’Agadir de 1911… et avec l'appui du président de la République POINCARÉ , il reprend le projet de son prédécesseur, BRIAND, visant à augmenter la durée du service militaire : la Loi des Trois Ans est votée par la Chambre en juillet 1913, malgré l'opposition de la SFIO et d'une bonne partie des Radicaux . Plusieurs événements tragiques entraînent son retrait de la scène politique, retrait toutefois temporaire. En un très court laps de temps, il subit durement la victoire de la gauche aux élections Législatives de 1914 malgré la constitution d'une dynamique Fédération des Gauches

Le 22 mars 1913 , sous la présidence de Raymond Poincaré (18 février 1913 – 18 février 1920), il devient Président du Conseil , poste qu’il garde jusqu’au 2 décembre 1913. Conscient de la montée des périls : crise d’Agadir de 1911… et avec l'appui du président de la République POINCARÉ , il reprend le projet de son prédécesseur, BRIAND, visant à augmenter la durée du service militaire : la Loi des Trois Ans est votée par la Chambre en juillet 1913, malgré l'opposition de la SFIO et d'une bonne partie des Radicaux . Plusieurs événements tragiques entraînent son retrait de la scène politique, retrait toutefois temporaire. En un très court laps de temps, il subit durement la victoire de la gauche aux élections Législatives de 1914 malgré la constitution d'une dynamique Fédération des Gauches

TENSIONS MONDIALES

À partir de 1911, les tensions internationales entre les puissances s’exacerbent en Europe et en Afrique. À Agadir, six ans après la crise de Tanger, l'Allemagne tente de mettre un coup d'arrêt à l'expansion de la France au Maroc et d’affaiblir l’Entente cordiale. Les réactions sont vives ; l’impérialisme est exacerbé.

 

De nombreux pays augmentent en conséquence leurs budgets militaires.

 

Les guerres balkaniques en 1912 et 1913, résultent notamment de l’aspiration des peuples de l’Empire ottoman d’Europe à s'émanciper de la domination turque et à s'ériger en États.

 

Au surplus, le rapprochement de la France avec la Russie et l'Angleterre, renforce le sentiment d'encerclement des empires centraux (Autriche-Hongrie et Allemagne) et pousse ceux-ci à augmenter leurs forces militaires. Au début de l'année 1913, des rumeurs font état d'un projet d'augmentation de l'armée allemande de près de 120 000 hommes, portant l'effectif global de son armée active à 850 000 hommes.

 

Du côté français, malgré des mesures favorisant les rengagements volontaires, la réduction des effectifs des musiques militaires ou encore le recrutement de troupes dans les colonies, l'armée active ne compte que 520 000 hommes environ.

 

Du fait de la baisse de la natalité, le contingent incorporé chaque année diminue, alors même que l'État-major général dirigé depuis 1911 par le général Joffre, juge insuffisant l'effectif de l'armée d’active.

 

 

 

 

 

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

1ère GUERRE MONDIALE 1914 À 1918

Quand éclate la Grande Guerre de 1914-1918, les généraux de tous les bords, qui disposent avec la conscription d'armées nombreuses et de soldats non professionnels, sont incités à multiplier les offensives meurtrières.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

En 1914, au moment où la France entre en guerre, elle dispose de 760 000 hommes. Pendant le conflit, huit millions d'hommes entre 18 et 45 ans sont mobilisés au total, soit 20% de la population ; c'est la première fois que la nation armée issue d'un service militaire obligatoire et universel est soumise à la guerre totale. La durée des combats pose d'ailleurs le problème de la main -d'œuvre nécessaire pour faire tourner l'économie, d'où la création des affectés spéciaux, soldats mobilisés mais renvoyés à l'arrière.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: ALEXANDRE MILLERAND

 

Président de la République de 1920 à 1924

Alexandre MILLERAND

Alexandre MILLERAND

En 1923, le service militaire est réduit de 3 ans à 18 mois. Les Premières Préparations Militaires voient le jour, dont la Préparation Militaire Supérieure (PMS) destinée à sélectionner des Officiers issus du Contingent .

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

1928/ PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: GASTON DOUMERGUE

 

Président de la République de 1924 à 1931

 

31 mars 1928: Loi PAINLEVÉ sur le service militaire

Gaston DOUMERGUE

Gaston DOUMERGUE

Le 31 mars 1928, la loi Paul PAINLEVÉ, Ministre de la Guerre de novembre 1925 à octobre 1929, réduit la durée du service militaire à un an obligatoire

 

 

Paul PAINLEVÉ

Paul PAINLEVÉ

En 1935 cependant, la durée repassera à deux années.

Le contingent appelé sous les drapeaux est à l’époque fort de 230 000 hommes, cependant, le gouvernement français s’aperçoit, après une petite étude démographique, qu’il ne sera plus que de 118 000 hommes en 1936, avec l’arrivée des classes creuses (dues à la Première Guerre Mondiale).

Le lendemain, Adolf Hitler annonce le rétablissement du service militaire en Allemagne portant les effectifs de la Wehrmacht de 100 000 à 500 000 hommes.

 

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

4ème RÉPUBLIQUE:

Le 17 août 1945, les militaires récupèrent le droit de vote perdu en 1872

En 1946, les conscrits ne représentent que 14,3 % des effectifs de l'armée française ; 20,5 % à la fin de 1947 et 29,1 % le premier janvier 1950 ; alors qu'en 1948, le ministre a souhaité qu'ils forment les 55% des troupes. C'est la guerre d'Indochine qui empêche de réduire le nombre des engagés.

VINCENT AURIOL

Président de la République de 1947 à 1954

Vincent Auriol, président de 1947 à 1954.

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

En 1946, le service militaire est rétabli pour une durée d'un an. Cette loi restaure un service militaire universel et égalitaire.

 

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Quatre ans plus tard, en 1950, la durée est portée à 18 mois, et maintenu jusqu'à 30 mois durant la Guerre d'Algérie 

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: RENÉ COTY

Président de la République de 1954 à février 1959

Fin 1953, les appelés forment 33,8 % des effectifs, mais en 1954, lors de la guerre d'Algérie, l'armée française est à nouveau constituée majoritairement de conscrits (57 % des troupes en 1957 ).

René COTY et Général Charles DE GAULLE

René COTY et Général Charles DE GAULLE

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

5ème RÉPUBLIQUE: PRÉSIDENT CHARLES DE GAULLE

1960 à 1966: SAHARA ALGÉRIEN

Des milliers d'Appelés du Contingent seront affectés au Sahara Algérien au Sahara Algérien pour le programme nucléaire Français et de ce fait ils auront brillamment servi la France aux côtés des militaires professionnels (Officiers, Sous-Officiers)et Commissariat à l'Energie Atomique pour la mise au point de la Bombe Atomique qui deviendra une Force de Dissuasion importante.

Les Appelés des divers régiments ont participé avec bravoure au:

 

CSEM (Centre Saharien d'Expérimentation Militaire) et au 

 

Centre d'expérimentations militaires des oasis (CEMO)

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Évolutions du service national sous Charles DE GAULLE

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Le 21 décembre 1963, la durée du service est ramenée à 16 mois, par décret. La notion d'Objection de Conscience  est introduite dans une loi et les scientifiques du contingent font leur apparition.

 

Loi MESSMER

Pierre MESSMER

Pierre MESSMER

Le 9 juillet 1965, la loi MESSMER , du nom du Ministre des Armées, indique que le service n'est plus « militaire » mais « national ». Elle prévoit quatre formes de service national : un service militaire, un service de défense, la coopération dans un pays étranger et l'aide technique dans les départements et territoire d'outre-mer. Le statut d' Objecteur de Conscience est défini comme une variante clairement codifiée du Service national. Les conseils de révision sont remplacés par les centres de sélection et les « trois jours ».

 

 

Historiquement, le nom a évolué passant de Conscription , à Service militaire, puis à Service national en 1965

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

1966 à 1969: SOUS CHARLES DE GAULLE LES APPELÉS DU CONTINGENTS SE SUCCÈDERONT EN POLYNÉSIE FRANÇAISE POUR LES ESSAIS NUCLÉAIRES ATMOSPHÉRIQUES.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

NOTA BEN: LES FEMMES N'AVAIENT PAS ENCORE ACCÈS AU SERVICE NATIONAL

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: GEORGES POMPIDOU

Président de la République du 20 juin 1969 au 02 avril 1974

Le 9 juillet 1970, le service national est ramené à un an et les sursis sont supprimés. Le premier contingent d'appelés à faire 12 mois a été libéré fin octobre 1970 (incorporation début novembre 1969).

En 1970, le service national devient accessible aux femmes sous la forme du volontariat et ouvre la possibilité d'un Service national dans la gendarmerie

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

LES APPELÉS DU CONTINGENT ET AFFECTÉS DANS LES DIVERS RÉGIMENTS SERONT POUR NOMBRE D'ENTRE EUX AFFECTÉS EN POLYNÉSIE FRANÇAISE

Comme les autres appelés ils sauront répondre pour assurer leur mission avec dévouement.

Michel DEBRÉ

Michel DEBRÉ

LOIS DEBRÉ: Michel DEBRÉ Ministre de la Défense Nationale de 1969 à 1973 

Le 10 juin 1971, la lo DEBRÉi  entérine la durée du service national à un an et la suppression des sursis. En août de la même année, la codification des différentes Préparations Militaires , dont la Préparation Militaire Supérieure  (PMS), qui permet aux appelés d'accéder au statut d'Officier durant leur service national, puis d'Officier dans la Réserve est mis en place à des fonctions de Sous-Officier . En dépit de la sélectivité, de très nombreux appelés suivront ces préparations militaires, (jusqu'à 10 % du contingent), d'autant qu'elle permet de choisir une date d'incorporation.

 

Le 31 août 1972, le décret  n°72-806 signe la mise en place effective du Code du service national, qui recense les lois  et les réglementations  applicables.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

ET LES CAMPAGNES D'ESSAIS NUCLÉAIRES SE POURSUIVENT SUR LES ATOLLS DE MURUROA ET DE FANGATAUFA

Et les appelés du contingent se succèdent

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: VALÉRY GISCARD D'ESTAING

Président de la République du 27 mai 1974 au 21 mai 1981

À partir de 1976, le ministère de la Défense signe des protocoles avec diverses administrations civiles, permettant à des appelés de faire des emplois non militaires. Il s'agit de la première forme civile du service national après l'Objection de Conscience. 

 

Quand aux valeureux appelés des Expérimentations Nucléaires, ceux-ci se succédaient au fil des contingent et accomplissaient leurs missions avec enthousiasme et fidélité envers la patrie aux côtés des Officiers et Sous-Officiers.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: FRANÇOIS MITTERRAND

Président de la République du 21 mai 1981 au 17 mai 1995

 

.

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

Sur proposition du Ministre de la Défense Charles HERNU

 

Le 8 juillet 1983, le service national dans la gendarmerie reçoit sa forme définitive. Les reports initiaux automatiques jusqu'à 22 ans sont créés.

Charles HERNU

Charles HERNU

ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS

Les campagnes d'Essais Nucléaires se poursuivent avec les expérimentations souterraines.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

CE SERA ÉGALEMENT:

 

Le 7 août 1985, une loi ouvre un service civil au sein de la POLICE NATIONALE.

 

 

 

Ministre de la Défense PIERRE JOXE de 1991 à 1993

Pierre JOXE

Pierre JOXE

Le 4 janvier 1992, la loi JOXE réduit la durée du service militaire à dix mois, celle du service des Objecteurs  à vingt mois. Cette loi ouvre aussi la possibilité d’un service de sécurité civile. Au sein même de l'institution militaire, des voix soulignent les disparités de traitement et les injustices du service national en vigueur, comme le général de division Michel LORIDON, auteur d'une tribune publiée dans ARMÉES D'AUJOURD'HUI sous le titre : « Service compris ».

 

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

 

PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE: Jacques CHIRAC

Président de la République de 1995 à 

 

VERS UNE ARMÉE DE MÉTIER

Le 22 février 1996 : Le président Chirac se prononce en faveur de la professionnalisation des forces armées et de la réforme du service national.

Alain JUPPÉ, Premier Ministre

Alain JUPPÉ, Premier Ministre

Le 22 février 1996, lePrésident de la République Française, Jacques CHIRAC  , annonce « sa décision » de professionnaliser les armées. Il laisse sous-entendre que la seule solution est de supprimer définitivement la conscription obligatoire, et qu'elle devra être remplacée par un volontariat. Il lance toutefois un « grand débat national ». Le Premier Ministre Alain JUPPÉ  et le Ministre de la Défense Charles MILLON  sont chargés du dossier.

Charles MILLON, Ministre de la Défense

Charles MILLON, Ministre de la Défense

Le « grand débat national » prend fin le 26 mai 1996. Le chef de l'État annonce la teneur de la réforme du service national. Les hommes nés avant 1979 continueront d'effectuer le service selon l'« ancienne formule », dont la « durée sera progressivement réduite ». Ils connaîtront une « disparité de destin et d'obligation », mais « les besoins de la défense nous l'imposent ».

La loi de programmation militaire (n° 96-589) est adoptée, après déclaration d'urgence, le 20 juin, et publiée au Journal Officiel le 2 juillet 1996. Elle fixe la durée de la transition entre armée de conscription et professionnelle à six années, ainsi que le budget alloué à cette transition.

Le 16 novembre 1996, un premier projet de loi portant réforme au service national, dans lequel figure le rendez-vous citoyen d'une semaine et la suspension de la conscription, est déposé au Parlement par Charles Millon. La dissolution  de l'Assemblée Nationale le 21 avril 1997 en suspend l'examen. La nouvelle majorité issue des élections du mois de juin ne reprend pas le texte; elle adopte le 22 septembre suivant en première lecture, après déclaration d'urgence, un nouveau projet de loi portant réforme du service national. Adopté définitivement le 21 octobre, la loi est promulguée le 28 octobre 1997. L’appel sous les drapeaux est suspendu. Des lors, est mis en place le recensement et la Journée d'Appel de Préparation à la Défense  (JAPD). Cette journée est étendue aux jeunes femmes et ouvre la possibilité d'effectuer des périodes de volontariat

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES
PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

DERNIÈRE CAMPAGNE DE SIX ESSAIS NUCLÉAIRES SUR L'ATOLL DE  FANGATAUFA

 

Dés le 13 juin 1995 ,juste après son entrée à l’Élysée, le Président Jacques Chirac a fait procéder la reprise des Essais Nucléaires.

Cette ultime campagne ayant eu pour but de compléter les données scientifiques et techniques pour passer définitivement à la simulation.

Ces essais nucléaires, au nombre de six, ont prit fin par un dernier essai le 27 janvier 1996  à Fangataufa.

PAGE D’HISTOIRE : DE LA CONSCRIPTION AU SERVICE NATIONAL AU TRAVERS DES SIÈCLES

«L'appel sous les drapeaux a donc été suspendu pour tous les Français qui sont nés après le 31 décembre 1978 et ceux qui sont rattachés aux mêmes classes de recensement. Il est rétabli à tout moment par la loi dès lors que les conditions de la défense de la Nation l'exigent ou que les objectifs assignés aux armées le nécessitent» stipule désormais l'article L. 112-2 du Code du service national. A noter cependant qu'il s'agit d'une «suspension» et non pas d'un abandon, ce qui laisse la porte ouverte à une possibilité de rétablissement.

 

Ce reportage qui vous est présenté a été effectué à partir des travaux de Messieurs Michaël BLANCHARD et Nicolas MARI de diverses sources dont  WIKIPÉDIA.  Cette présentation a pour objectif de remettre le rôle central des hommes et des femmes qui ont servi la Patrie tant en temps de Paix qu'en temps de guerre et dont nombre ont perdu la vie .

 

Et aussi, de rappeler le rôle central des appelés aux côtés des engagés lors des Essais Nucléaires qui dorénavant fait que le Force de Frappe et de Dissuasion est le maillon central de la sécurité du territoire et de son peuple. Les Vétérans des Essais Nucléaires ( militaires et civils) rentrent dorénavant dans l'HISTOIRE DE FRANCE.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :