Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
amndvden.overblog.com

NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE

8 Décembre 2015 , Rédigé par amndvden

NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
Parler Garde Impériale c’est avoir à l’esprit ce qui constitua la force sur laquelle Napoléon pouvait s'appuyer en toutes circonstances. Composée des plus valeureux soldats de l'armée, totalement dévoués à sa personne, son effectif ne cessa d'augmenter. De 9 798 hommes en 1804, elle atteint celui d'une armée, 112 482 hommes en 1814, placée sous ses propres ordres. Elle fut finalement divisée en Jeune G, Moyenne et Vieille Garde chacune possédant leurs unités de cavalerie (dont les Chasseurs à Cheval au célèbre uniforme vert), d Artillerie et d'Infanterie, dont les célèbres Grenadiers.
Mais ce que l’on connaît moins ce sont les marins de la Garde impériale qui constituaient une unité de marine intégrée à la Garde Impériale. Ce corps est directement issu du bataillon des marins de la Garde consulaire.
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
Le 3O Fructidor AN XI (17 Septembre 1803) fut créé un bataillon de matelots appelé à faire partie de la Garde des Consuls ; il se composa de cinq équipages et d’un état major. Les hommes furent pour la plupart recrutés dans le midi et en corse. Leur armement était de trois types, répartis par tiers de bataillon/ il consistait en sabres, haches et piques. Chaque matelot portait en plus une paire de pistolets à la ceinture.
Lorsque Napoléon est sacré Empereur le 2 décembre 1804, le bataillon des marins compte 820 officiers, sous-officiers et matelots. L’empereur réinstaure cette unité dans la Garde impériale avec l'effectif de 5 équipages pour un total de 818 soldats. Les grades sont ceux de la marine et non ceux de l'armée de terre. Ainsi, chaque équipage est commandé par un capitaine de frégate (ou capitaine de vaisseau) et 4 officiers, et est composé de 15 sous-officiers et 125 matelots. Par la suite, les marins voient leur nombre diminuer, notamment à cause de la Guerre d’Indépendance Espagnole et surtout de la Campagne de Russie , d'où seulement 85 marins reviennent.
Le 16 septembre 1810, un décret porta le corps des marins de la Garde à 1 136 hommes. Une nouvelle organisation les répartit en 6 compagnies, auxquelles deux autres s’ajoutèrent ensuite (1811). Ils furent licenciés à Fontainebleau en avril 1814, mais un détachement de 35 matelots accompagna l’Empereur en exil. Aux Cent Jours, Napoléon rétablit les marins de sa Garde. Il n’y eut cependant qu’un seul équipage de 150 hommes.
SABRE DU CORPS DES MATELOTS DE LA GARDE IMPÉRIALE " MARINS DE LA GARDE ", PREMIER EMPIRE (1804-1815).
SABRE DU CORPS DES MATELOTS DE LA GARDE IMPÉRIALE " MARINS DE LA GARDE ", PREMIER EMPIRE (1804-1815).
SABRE DU CORPS DES MATELOTS DE LA GARDE IMPÉRIALE " MARINS DE LA GARDE ", PREMIER EMPIRE (1804-1815).
SABRE DU CORPS DES MATELOTS DE LA GARDE IMPÉRIALE " MARINS DE LA GARDE ", PREMIER EMPIRE (1804-1815).

SABRE DU CORPS DES MATELOTS DE LA GARDE IMPÉRIALE " MARINS DE LA GARDE ", PREMIER EMPIRE (1804-1815).

Les marins ont de nombreuses utilités : ils peuvent être marins, bien sûr, mais aussi artilleurs (ils ont été formés au tir sur les navires de guerre), fantassins et remplissent aussi quelques rôles dans le génie (cela est dû à l'expérience qu'ils ont acquis au camp de Boulogne en aidant à construire les bateaux).
« Ils ont été de bons marins, puisqu'ils ont été les meilleurs des soldats. Et ils ont tout fait : soldats, artilleurs, sapeurs, tout !»
— Napoléon Ier
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
Surnommés, parfois, « Hussards de la Marine » pour l’éclat de leur grand uniforme, les Marins de la Garde ont pour origine la volonté de l’Empereur de disposer d’une garde personnelle lorsqu’il réside dans un port ou qu’il met les pieds sur un navire.Matelots à l’origine, et parmi les plus braves, ils sont initiés au service à terre par les Grenadiers. Dés 1804 ils sont 5 équipages regroupant 819 hommes et officiers.Servant à terre on les retrouve partout de l’Espagne à la Russie, servant comme fantassins, pontonniers, auxiliaires d’artillerie et même comme matelots, sur le Niemen quand ils embarquent Napoléon pour la rencontre avec le Tsar.Au nombre de 22 en l’île d’Elbe ils remplissent leur office premier quand Napoléon s’embarque pour Golfe Juan et sont 100 de plus quand la Garde Impériale part rencontrer son destin à Waterloo. Un maître timonier accompagnera l’Empereur jusqu’à bord du Bellérophon quand Napoléon se rend aux Anglais.
Quartier Maître Charpentier

Quartier Maître Charpentier

Maître

Maître

NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
NOTES D’HISTOIRE : LES MARINS DE LA GARDE IMPÉRIALE
Les marins de la Garde devaient avoir plus de 25 ans, mesurer entre 1m78 et 1m84, avoir une santé robuste, une conduite et des mœurs irréprochables, avoir accompli trois campagnes des guerres de la Liberté, savoir lire et écrire. Le bataillon de la Garde était affecté au départ à bord des navires de débarquement. L’effectif était de 737 marins répartis en 5 équipages de 5 escouades chacun. Le 20 décembre 1803, un décret fixait la solde, l’habillement, l’armement et le casernement des officiers et de l’équipage, soit 29 articles. Chaque marin de la Garde recevait 12 francs par an pour sa masse d’entretien. Chaque officier recevait l’indemnité de logement. Leur tenue était comme celle de la cavalerie avec un armement d’infanterie. Un décret impérial du 29 juillet 1804, complété par celui 30 août 1804, portait l’effectif à 818 marins, comprenant un état-major, un dépôt, 5 équipages, 1 tailleur, 1 cordonnier et d’1 armurier. Les équipages étaient basés à Toulon et Brest dans un premier temps et étaient composés chacun d’1 capitaine de vaisseau secondé d’1 capitaine de frégate, 5 lieutenants ou enseignes, 5 maîtres, 5 seconds maîtres, 5 quartiers maîtres, 125 matelots de 1re, 2e, 3e, et 4e classe et 1 musicien. Le dépôt de Paris était composé d’1 maître, 2 seconds maîtres, 3 quartiers-maîtres et 60 matelots. Le 16 septembre 1810, les marins de la Garde représentaient 8 compagnies et comptaient 1136 hommes

Les marins de la Garde devaient avoir plus de 25 ans, mesurer entre 1m78 et 1m84, avoir une santé robuste, une conduite et des mœurs irréprochables, avoir accompli trois campagnes des guerres de la Liberté, savoir lire et écrire. Le bataillon de la Garde était affecté au départ à bord des navires de débarquement. L’effectif était de 737 marins répartis en 5 équipages de 5 escouades chacun. Le 20 décembre 1803, un décret fixait la solde, l’habillement, l’armement et le casernement des officiers et de l’équipage, soit 29 articles. Chaque marin de la Garde recevait 12 francs par an pour sa masse d’entretien. Chaque officier recevait l’indemnité de logement. Leur tenue était comme celle de la cavalerie avec un armement d’infanterie. Un décret impérial du 29 juillet 1804, complété par celui 30 août 1804, portait l’effectif à 818 marins, comprenant un état-major, un dépôt, 5 équipages, 1 tailleur, 1 cordonnier et d’1 armurier. Les équipages étaient basés à Toulon et Brest dans un premier temps et étaient composés chacun d’1 capitaine de vaisseau secondé d’1 capitaine de frégate, 5 lieutenants ou enseignes, 5 maîtres, 5 seconds maîtres, 5 quartiers maîtres, 125 matelots de 1re, 2e, 3e, et 4e classe et 1 musicien. Le dépôt de Paris était composé d’1 maître, 2 seconds maîtres, 3 quartiers-maîtres et 60 matelots. Le 16 septembre 1810, les marins de la Garde représentaient 8 compagnies et comptaient 1136 hommes

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :