Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
amndvden.overblog.com

PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)

31 Mai 2021 , Rédigé par amndvden

LES ESSAIS SOUTERRAINS D'IN EKER

Dès 1961, la France se détermine pour un site de repli avant la signature des accords d'Evian qui entérineraient la fin des essais atmosphériques mais laisseraient quelque temps de répit tout en poursuivant des essais souterrains.

En effet, les accords d’Evian mettant fin à la guerre d’Algérie prévoyaient que « la France utiliserait pour une durée de cinq ans les sites comprenant les installations In-Eker, Reggan et de l’ensemble de Colomb-Béchar-Hamaguir ».

LE SITE D'IN ECKER DÉSIGNÉ POUR LES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS

Les services miniers du Commissariat à l'Energie Atomique trouvèrent une montagne convenant aux tirs souterrains dans le Hoggar, le Taourirt Tan Affela, située à une centaine de kilomètres au nord de Tamanrasset et surplombant de 1 000 mètres une plaine dont l'altitude s'élève à 1 000 m. Dans ce massif de granit, on pouvait creuser des galeries souterraines horizontales longues de 800 à 1 200 m dont on estimait qu'elles pourraient "contenir " la radioactivité.

ORGANISATION DES ESSAIS

Pour parvenir au niveau de la montagne où l'on souhaitait effectuer les tirs, il fallut construire des routes qui conduisent au flanc de la montagne et des systèmes d’adduction d’eau.

PERSONNEL

Il y avait environ 2 500 militaires et environ 2 500 travailleurs PLO (Population Laborieuse des Oasis). Quand il y avait une explosion, il y avait plus de 9 000 personnes sur le site. » Les PLO - les « Pélos » pour le sobriquet qui leur restera et entrera dans l'argot courant - étaient principalement employés à des travaux de manutention dans les galeries tandis que le Génie militaire construisait les routes.

Localisation des sites de tirs
Localisation des sites de tirs
Localisation des sites de tirs

Localisation des sites de tirs

Les tirs étaient réalisés en galeries, chacune étant creusée horizontalement dans un massif granitique du Hoggar, le Tan Afella. La bombe était placée au centre d'un colimaçon creusé en fin de galerie. Des sacs de sables comblaient le bas et le haut de ce colimaçon. Leur rôle était d'exercer une compression lors de l'explosion afin d'assurer l'étanchéité. Les galeries étaient fermées par une dalle de béton et devaient permettre théoriquement un bon confinement de la radioactivité.

Les tirs étaient réalisés en galeries, chacune étant creusée horizontalement dans un massif granitique du Hoggar, le Tan Afella. La bombe était placée au centre d'un colimaçon creusé en fin de galerie. Des sacs de sables comblaient le bas et le haut de ce colimaçon. Leur rôle était d'exercer une compression lors de l'explosion afin d'assurer l'étanchéité. Les galeries étaient fermées par une dalle de béton et devaient permettre théoriquement un bon confinement de la radioactivité.

Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "
Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "

Les galeries qui ont servies aux expérimentations nucléaires et la sortie des câbles de mesures:" Lors de l'explosion, les roches avoisinantes prenaient un mouvement radial, créaient la cavité liée au tir tout en écrasant la spirale, et faisaient ainsi disparaître la galerie d'accès. "

Salle de mesure/ Cage de Faraday

Salle de mesure/ Cage de Faraday

Impacts des Tirs: 13 essais nucléaires souterrains à In Ecker :   Agathe – Béryl – Emeraude – Améthyste – Rubis – Opale – Topaze – Turquoise – Saphir – Jade –   Corindon – Tourmaline – Grenat.

Impacts des Tirs: 13 essais nucléaires souterrains à In Ecker : Agathe – Béryl – Emeraude – Améthyste – Rubis – Opale – Topaze – Turquoise – Saphir – Jade – Corindon – Tourmaline – Grenat.

Essai Nucléaire souterrain en image : La Montagne d'une altitude de 1000 mètres, ce bloc granitique fut percé d'une série de galeries horizontales. Chaque galerie devant servir à une expérience, elle se terminait à son extrémité, par un colimaçon qui abritait la chambre de tir, lieu de l'installation de l'engin à tester. Le colimaçon devait, en principe, absorber l'énergie de l'explosion, et la fusion des roches devait obstruer la galerie de sortie .

Essai Nucléaire souterrain en image : La Montagne d'une altitude de 1000 mètres, ce bloc granitique fut percé d'une série de galeries horizontales. Chaque galerie devant servir à une expérience, elle se terminait à son extrémité, par un colimaçon qui abritait la chambre de tir, lieu de l'installation de l'engin à tester. Le colimaçon devait, en principe, absorber l'énergie de l'explosion, et la fusion des roches devait obstruer la galerie de sortie .

Revue de presse:

Revue de presse:

L'ACCIDENT du 1er Mai 1962

Le 1er Mai 1962 ce produisait l'accident qui a fait que la lave en fusion fut projetée sur la colline en face de la galerie , et un nuage radioactif contamina tout sur son passage : les officiels qui étaient venus assister au " spectacle " d ' un tir nucléaire , parmi eux se trouvaient le Ministre des Armées Pierre MESSMER et son collègue Gaston PALEWSKY Ministre de la Recherche Scientifique .

La base technique OASIS 1 dû être abandonnée sur le champ , et enterrée avec les moyens du bord

Ce fut le sauve-qui-peut général en direction de la base-vie située à 50 km au sud : tous les véhicules furent pris d'assaut pour la fuite en catastrophe .

Tous les personnels eurent droit au passage par le circuit de décontamination ( contrôle d'irradiation, déshabillage, douche, frottage avec des brosses ....jusqu'à obtention d'un niveau acceptable de contamination )

Le 1er mai 1962, lors du deuxième essai, un nuage radioactif s'échappe de la galerie de tir, la roche ayant été fragilisée lors du premier essai. C'est l'accident de Béryl (du nom de code de l'essai).
Le 1er mai 1962, lors du deuxième essai, un nuage radioactif s'échappe de la galerie de tir, la roche ayant été fragilisée lors du premier essai. C'est l'accident de Béryl (du nom de code de l'essai).
Le 1er mai 1962, lors du deuxième essai, un nuage radioactif s'échappe de la galerie de tir, la roche ayant été fragilisée lors du premier essai. C'est l'accident de Béryl (du nom de code de l'essai).

Le 1er mai 1962, lors du deuxième essai, un nuage radioactif s'échappe de la galerie de tir, la roche ayant été fragilisée lors du premier essai. C'est l'accident de Béryl (du nom de code de l'essai).

SERVICE MÉDICAL LORS DES ESSAIS NUCLÉAIRES

Au CEMO il y avait 6 médecins (des appelés), de médecins de carrière, 1 vétérinaire. Lors de chaque explosion, il y avait des renforts de médecins et savants, plus d’une vingtaine de médecins de spécialités différentes. A l’Oasis 2, il y avait un service médical avec infirmiers et médecins civils.

PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)
PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)
PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)
PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)
PAGE D'HISTOIRE ETDEVOIR DE MÉMOIRE: SAHARA: AU PLUS PRÈS DES ESSAIS NUCLÉAIRES SOUTERRAINS (2ÈME VOLET)

LES ESSAIS NUCLÉAIRES SURVEILLER

Les Américains surveillaient ces essais en installant des stations sismiques en Libye

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article