Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
amndvden.overblog.com

NE LES OUBLIONS PAS:COMMÉMORATION DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE. L'A.M.N.D.V.D.E.N SE RECUEILLE CE 11 NOVEMBRE 2017

10 Novembre 2017 , Rédigé par amndvden

EN 2014 A DÉBUTÉ LE CYCLE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES DU CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE.
AUSSI, DEPUIS CETTE ANNÉE 2014 L'A.M.N.D.V.D.E.N TIENT A RENDRE L'HOMMAGE QUI EST DU AUX POILUS DE 1914/1918 DANS LE CADRE DU CENTENAIRE
L’année 2014 a marqué le début du centenaire de la première guerre mondiale qui aura vu ce premier conflit mondial s’étendre sur 4 ans de 1914 à 1918 et qui de ce fait aura très profondément marqué la mémoire et l’Histoire de la France.
Pour rendre le devoir de Mémoire l’A.M.N.D.V.D.E.N a voulu être aux côtés du Monde Combattant et de la Nation pour que la flamme du souvenir ne s’éteigne pas.
C’est pourquoi l’Association du Mémorial National des Vétérans Des Essais Nucléaires a voulu par ce modeste reportage témoigner son attachement à rendre les honneurs envers tous ces hommes qui étaient pour la plupart, paysans, ouvriers, artisans, cols blancs, artistes, écrivains, infirmiers, médecins, enseignants, enfin qui représentaient la population française. Sans compter ceux qui étaient accourus de l’Empire Colonial, sans oublier les alliés : Belges, Serbes, Russes, Italiens, Canadiens, Américains embarqués dans cette guerre mondiale.
Pas une famille française n’a été épargné et ce sont un ou plusieurs lointains parents : Grands Pères ; Grands Oncles….fauchés sous la mitraille, les bombardements, blessés, handicapés, ou disparus au champ d’honneur.
C’est pourquoi l’A.M.N.D.V.D.E.N, qui est sensibilisée sur la condition du vécu des Poilus de 14/18 et dont la vie au front de Verdun et de l’ensemble du Nord de la France, se sent envahie d’une tristesse devant la folie humaine qui horrifie. Ne pas oublier pour que cela ne recommence pas comme en 39/45.
L'A.M.N.D.V.D.E.N rend donc l'hommage dans le devoir de mémoire envers tous les soldats français morts lors de la 1ère guerre mondiale ainsi qu'à tous les soldats du Royaume Unis, d'Italie, de Russie, Belgique, Roumanie, Serbie et Etats-Unis.
Un désastre humain dont le nombre des pertes humaines tant militaires que civiles s'élève à plus de 40 millions. Soit 20 millions de morts et 21 millions de blessés.
Les Alliés de cette 1ère guerre mondiale ont perdu plus de 5 millions de soldats.
Les Empires centraux (Allemagne- Autriche Hongrie et Bulgarie) près de 4 millions.
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image
La Guerre en image

La Guerre en image

Poème "Eve" du Lieutenant Charles PEGUY Mort pour la France le 5 septembre 1914 « Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première argile et la première terre.

Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre.

Heureux les épis murs et les blés moissonnés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première terre et l’argile plastique.

Heureux ceux qui sont morts dans une guerre antique.

Heureux les vases purs et les rois couronnés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première terre et dans la discipline.

Ils sont redevenus la pauvre figuline.

Ils sont redevenus des vases façonnés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans leur première forme et fidèle figure.

Ils sont redevenus ces objets de nature

Que le pouce d’un Dieu lui-même a façonnés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première terre et la première argile.

Ils se sont remoulés dans le moule fragile

D’où le pouce d’un Dieu les avait démoulés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans la première terre et le premier limon.

Ils sont redescendus dans le premier sillon

D’où le pouce de Dieu les avait défournés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans ce même limon d’où Dieu les réveilla.

Ils se sont rendormis dans cet alléluia

Qu’ils avaient désappris devant que d’être nés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont revenus

Dans la demeure antique et la vieille maison.

Ils sont redescendus dans la jeune saison

D’où Dieu les suscita misérables et nus.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans cette grasse argile où Dieu les modela,

Et dans ce réservoir d’où Dieu les appela.

Heureux les grands vaincus, les rois découronnés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans ce premier terroir d’où Dieu les révoqua,

Et dans ce reposoir d’où Dieu les convoqua.

Heureux les grands vaincus, les rois dépossédés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans cette grasse terre où Dieu les façonna.

Ils se sont recouchés dedans ce hosanna

Qu’ils avaient désappris avant que d’être nés.

Heureux ceux qui sont morts, car ils sont retournés

Dans ce premier terreau, nourri de leur dépouille,

Dans ce premier caveau, dans la tourbe et la houille.

Heureux les grands vaincus, les rois désabusés.

Heureux les grands vainqueurs. Paix aux hommes de guerre.

Qu’ils soient ensevelis dans un dernier silence.

Que Dieu mette avec eux dans la juste balance

Un peu de ce terreau d’ordure et de poussière.

Que Dieu mette avec eux dans le juste plateau

Ce qu’ils ont tant aimé, quelques grammes de terre.

Un peu de cette vigne, un peu de ce coteau,

Un peu de ce ravin sauvage et solitaire. »

La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine
La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine

La Guerre en image. Des Photos qui reflètent l'horreur et la folie humaine

DES CHIFFRES QUI DONNENT LE VERTIGE
Journée la plus sanglante pour l'Armée Française fut celle du 22 Août 1914 avec 22000 morts, rien que dans cette journée terrible qui ouvrait la porte de l'enfer pour quatre années.
Et on comptabilise près de 260 000 morts entre le 22 Août et le 5 Septembre 1914.
Ces premières statistiques donnent le vertige.
La guerre a commencé depuis trois semaines et déjà l'Armée Française dénombre une moyenne de 20 000 morts par jour au mois d'Août, dans ce qui est encore qu'une guerre de mouvement!
PLUS DE 330 000 MORTS AU 31 DECEMBRE...
Le 30 mars 1915 les Allemands utilisent pour la première fois des "liquides enflammés" l'ancêtre du lance flamme. Ils envoient des jets de pétrole sur la tranchée adverse et allument le liquide à l'aide de grenade incendiaire. Le résultat est effroyable !

Le 30 mars 1915 les Allemands utilisent pour la première fois des "liquides enflammés" l'ancêtre du lance flamme. Ils envoient des jets de pétrole sur la tranchée adverse et allument le liquide à l'aide de grenade incendiaire. Le résultat est effroyable !

L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 , marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre. Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a causé des millions de morts, d'invalides ou de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard, en 1919, à Versailles, sera signé le traité de Versailles.

L’armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15 , marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre. Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a causé des millions de morts, d'invalides ou de mutilés. Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'État-Major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard, en 1919, à Versailles, sera signé le traité de Versailles.

 Tableau représentant la signature de l’Armistice de 1918 dans le wagon-salon du maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

Tableau représentant la signature de l’Armistice de 1918 dans le wagon-salon du maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

Cessez le feu à écouter

Hommage à tous ces hommes morts sur la terre de France pour que la nation vive libre

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :